Pourquoi investir dans un logement locatif saisonnier ?

En tant qu'investisseur et propriétaire d'un logement meublé, vous avez le choix entre la location longue durée (1 an), le bail étudiant (9 mois) ou en encore la location saisonnière. Si le bien immobilier en question se situe dans une zone touristique recherchée, cette dernière option peut s'avérer avantageuse.
Retour sur les bonnes raisons de choisir l'investissement locatif saisonnier.

Location saisonnière : quelle définition ?

Selon la loi Alur, la location saisonnière désigne un bien immobilier meublé, destiné à l’habitation de manière répétée pour une courte durée par une clientèle de passage qui n’y élit pas domicile.

S'agissant d'une location meublée, le logement en question doit donc obligatoirement mettre à disposition du locataire le matériel nécessaire à la vie courante, à savoir des équipements pour la préparation des repas, une literie, une table et des chaises, des rangements ou encore des luminaires.

Pour une location saisonnière, la durée locative maximale et non renouvelable est de 90 jours.

Quels avantages ?

La location saisonnière offre tout d'abord une grande flexibilité. En tant que propriétaire d'un appartement à Cagnes-sur-Mer ou à Antibes par exemple, vous pouvez ainsi choisir de passer du temps dans votre pied-à-terre azuréen pendant la basse saison et de le mettre en location saisonnière durant les mois d'été. Vous pouvez donc profiter de votre résidence secondaire quand bon vous semble tout en conservant la possibilité de percevoir des revenus complémentaires grâce aux loyers. Loué à la semaine ou au mois, un appartement bien situé, au cœur d'une région touristique prisée, en bord de mer ou à la montagne, pourra générer des rentrées d'argent confortables pour le propriétaire.

Autre bon point en faveur de la location saisonnière : le risque de loyer impayé demeure relativement faible puisque les locataires paient généralement à l'avance.

Comment mettre son bien en location saisonnière

Il existe de nombreuses plateformes d'annonces en ligne qui mettent en relation les vacanciers à la recherche d'un bien à louer et les propriétaires de location saisonnière.  Mais pour des raisons pratiques, et notamment lorsque l'investisseur vit dans une autre région, il est possible de déléguer la gestion de cet investissement locatif saisonnier. Dans ce cas, c'est une agence immobilière qui se chargera de passer les annonces et de gérer les entrées et sorties des locataires.

Quelle fiscalité pour un investissement immobilier locatif saisonnier ?

Le propriétaire d'une maison ou d'un appartement loué en location saisonnière bénéficie du statut de Loueur en Meublé Non Professionnel (ou LMNP). A ce titre, il peut choisir entre 2 régimes d’imposition :

Le régime micro-BIC qui s’applique automatiquement lorsque les revenus locatifs sont inférieurs à 70 000€ TTC /an. Il offre un abattement forfaitaire de 50% sur les revenus des loyers. Aucune charge ne pourra déduite.

Le régime réel permet d’imputer sur les loyers la plupart des dépenses liées au logement meublé : frais d’acquisition, intérêts d’emprunt, frais d’entretien et de réparation, assurances (...). Le régime réel s’appliquera automatiquement si les recettes locatives dépassent 70 000€ TTC/an

A noter : si vous envisagez de pratiquer la location saisonnière, vous devez obligatoirement déclarer la création de votre activité auprès du centre des formalités des entreprises (CFE) ou du greffe du Tribunal de commerce.

Consultez également

  • +

    Les avantages de la loi Pinel

    Introduit par la loi des finances en 2015, le dispositif d'investissement locatif dit Pinel* permet aux investisseurs de déduire fiscalement une partie du prix d'achat d'un logement neuf, à la condition de le louer.

  • +

    Les clés pour réussir votre investissement locatif

    Réduire ses impôts, obtenir un complément de revenus en prévision de sa retraite, se constituer un patrimoine transmissible ou aider ses enfants à se loger... les bonnes raisons d'investir dans l'immobilier locatif neuf sont nombreuses.

Programmes à la une

Précédent Suivant

Voir tous les programmes

*Tout investissement locatif comporte des risques pour l’Acquéreur susceptibles de remettre en cause l’équilibre économique de son opération (vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, le risque de perte en capital lors de la revente, etc). L’Acquéreur doit apprécier ses engagements et risques fiscaux, financiers, juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice des incitations fiscales.