Ce qui change avec la nouvelle réglementation thermique 2020

A travers l'adoption de nouvelles normes et pratiques plus durables et plus économes en énergie, les lois Grenelle I et Grenelle II ont engagé une véritable révolution verte. Pour le bâtiment, qui représente le secteur le plus énergivore de France, le challenge consiste à repenser un urbanisme moins gourmand en termes de ressources foncières et énergétiques. A ce titre, la réglementation thermique 2012 (RT 2012) imposait déjà des objectifs ambitieux avec une consommation d'énergie primaire des bâtiments neufs n'excédant pas les 50 kWhEP/(m2/an). Elle sera bientôt remplacée par la RT 2020 qui renforce encore davantage les exigences de performance énergétique pour les constructions neuves. Le point sur cette nouvelle réglementation thermique qui définit les nouveaux standards du bâtiment.

Les nouveaux défis de la RT 2020

A compter du 1er janvier 2020 (dès 2018 pour les bâtiments publics), la nouvelle réglementation thermique entrera en vigueur (sous réserve d’une modification de la législation). Si la RT 2012 imposait notamment le recours à (au moins) une énergie renouvelable et plafonnait la consommation en énergie primaire (chauffage, climatisation, éclairage, eau chaude sanitaire et ventilation), la RT 2020 impose de nouveaux  défis pour le secteur de l'immobilier neuf avec des normes renforcées :

  • De nouveaux plafonds

Les logements conçus selon la RT 2020 devront afficher une consommation de chauffage inférieure à 12 kWhep par m² et une consommation totale en énergie primaire inférieure à 100 kWh par m². Ces performances énergétiques seront atteignables par une conception architecturale bioclimatique mais également grâce à une meilleure isolation des enveloppes du bâti, un système de ventilation plus efficace ainsi qu'une gestion intelligente de l'énergie.

  • Un nouveau standard : le BEPAS

Contrairement à la RT 2012 qui visait à réduire le gaspillage et à concevoir ainsi des logements moins énergivores, la RT 2020 impose l'excellence énergétique en ajoutant la notion de maison passive ou de BEPAS (Bâtiment à Energie Passive). Le principe est simple et repose sur la notion d'autoconsommation énergétique : en 2020, votre logement neufproduira donc au moins autant d'énergie qu'il n'en consommera. L'énergie générée par le renouvelable (solaire, géothermie, éolien,…) couvrira alors l'ensemble de vos besoins en énergie pour parvenir à un bilan neutre.

  • Un nouvel enjeu : le BEPOS

Le bâtiment à énergie positive ou BEPOS produit plus d'énergie qu'il n'en consomme. Pour atteindre cet objectif (qui ne fait cependant pas partie des impératifs de la RT 2020), les nouveaux programmes résidentiels seront conçus avec de nouveaux matériaux de construction écologiques qui favorisent une meilleure isolation thermique (chanvre, liège, fibre de bois), qui suppriment les ponts thermiques et qui permettent l’accumulation et la restitution de la chaleur.

Pour produire sa propre énergie et réinjecter le surplus dans le réseau local, le logement à énergie positive pourra être équipé de panneaux solaires thermiques, de capteurs photovoltaïques ou même d'un système de micro-éolien.

DÉCOUVRIR LES NOUVEAUX PROGRAMMES IMMOBILIERS NEUFS

  • Confort, santé pour des occupants acteurs du changement

La RT 2020 prend également en compte le confort et la santé des occupants du logement. Ainsi au-delà des niveaux performances quantifiés, les logements neufs conformes à la RT 2020 devront être construits avec des matériaux peu ou non émissifs afin de préserver la qualité de l'air intérieur. De même, la conception architecturale privilégiera un apport maximal en matière de lumière naturelle et permettra une isolation phonique efficace. Enfin, et grâce aux équipements domestiques permettant une gestion sur-mesure de performance énergétique du foyer (capteurs, objets connectés), la règlementation thermique RT 2020 induira de nouveaux comportements. Mieux informés, plus autonomes, les propriétaires de logements neufs adopteront ainsi de nouvelles pratiques durables et toujours plus responsables.

Programmes à la une

Précédent Suivant