Studio, deux pièces, trois pièces : comment choisir la surface de mon investissement locatif ?

Lorsque l’on prépare un investissement locatif, la question de la superficie du logement est prioritaire – à égalité avec sa localisation. Petite, moyenne ou grande surface, quelle option privilégier ?

Faire un investissement locatif dans le neuf : bien réfléchir à son projet en amont

Avant de s’engager dans la recherche d’un bien immobilier neuf à acheter en vue de sa mise en location, il est nécessaire de se poser quelques questions qui aideront à identifier le bien idéal pour votre projet. Le budget est naturellement un point clé : si votre capacité d’emprunt ou votre budget sont réduits, un appartement de grande superficie sera difficilement envisageable. En revanche, en fonction de la ville dans laquelle vous souhaitez investir*, il sera possible de sélectionner un studio ou un deux pièces plus ou moins vaste pour un budget équivalent.

Le second point à déterminer est précisément la localisation. Votre appartement a-t-il vocation à être loué à des étudiants à proximité d’un campus ? A des jeunes actifs ou à des familles, en centre-ville ou périphérie ? Ces populations très différentes n’auront pas les mêmes besoins et attentes. Votre disponibilité concernant la gestion locative sera à considérer en lien avec la cible visée. Il sera effectivement plus chronophage de louer un studio, dans lequel plusieurs occupants pourront se succéder dans un délai plus court, qu’un deux ou trois pièces dans lequel un couple ou une jeune famille restera plusieurs années.

Enfin, votre objectif de rentabilité est un dernier élément à prendre en considération puisque cette dernière pourra varier en fonction des biens immobiliers.

Investir dans un studio neuf : les points à connaître

Miser sur une petite surface est une bonne idée et ce, dans plusieurs cas. S’il s’agit de votre premier investissement locatif, il peut ainsi être judicieux de s’engager avec un studio car cette surface est généralement la plus facile à louer rapidement – à la condition, naturellement, d’avoir sélectionné un bien dans un secteur où la demande immobilière est avérée.

Acheter un studio neuf afin de le louer est particulièrement intéressant dans les villes étudiantes, dotées d’une ou plusieurs universités et grandes écoles. Citons par exemple Toulouse, Lyon, Montpellier, Rennes, Grenoble, Nantes ou encore Nice, Bordeaux, Montpellier et Rennes, qui sont bien positionnées dans le classement des villes étudiantes 2019-2020.

Les grands bassins d’emplois, avec des pôles d’activité et de compétitivité, sont également à étudier car de nombreux jeunes actifs peuvent y être en recherche d’un logement. Vous serez ainsi attentifs à la région parisienne, à Nice, Toulouse, Marseille, Nantes, Lille.

Enfin, point non négligeable, le taux de rentabilité locative d’un studio est performant puisqu’il oscille en moyenne entre 5 et 7%. Le prix de location au mètre carré est effectivement plus élevé que pour un appartement de 2, 3 pièces ou plus.

A noter : Investir dans un studio neuf afin de le louer est intéressant mais présente l’inconvénient d’un turn over plus important puisque les étudiants ou jeunes actifs, selon l’évolution de leurs études ou de leur vie, souhaitent déménager dans un appartement plus spacieux après deux ans, en moyenne. Chaque changement de locataire pourrait induire des frais de remise en état.

Investir dans un appartement neuf de 2 ou 3 pièces

Acheter un deux pièces neuf afin de le louer est un bon choix si vous souhaitez vous positionner sur une cible étudiante (bail classique ou colocation). Ce type de surface est également très recherché des jeunes actifs et jeunes couples. Pour répondre aux attentes de ces locataires, la situation en centre-ville ou à proximité des pôles économiques est là encore nécessaire.

Le 2 pièces peut être facilement loué meublé, à des fins d’optimisation fiscale, ou vide, si vous achetez un appartement neuf en loi Pinel**. La rentabilité locative est moins élevée qu’avec un studio. En revanche, vous bénéficierez d’une durée d’occupation plus longue. Les locataires d’un 2 pièces s’y installent pour 5 ans en moyenne. A la clé, moins de temps à consacrer à la gestion locative (recherche d’un locataire, états des lieux…) et moins de frais de rafraîchissement à envisager entre deux locations.

A noter : Acheter un 3 pièces ou plus dans le neuf présente l’avantage de la stabilité car ces biens immobiliers sont fréquemment recherchés par des familles qui souhaitent s’installer sur la durée. Enfin, sachez que les appartements de 2, 3 pièces ou plus seront bien souvent intéressants à la revente car ces biens sont plus rares que les studios. Selon les villes et l’emplacement du logement, vous pourrez réaliser une plus-value en vendant après quelques années de mise en location. Dans le cadre d’un investissement loi Pinel dans l’immobilier neuf, la durée minimale de location est de 6 ans.

Consultez également

  • +

    Achat d’un logement neuf : les 5 étapes clés

    Un achat en VEFA (Vente en l’Etat Futur d’Achèvement) est un choix intéressant. Il permet de bénéficier d’un logement répondant aux dernières normes de confort, tout en bénéficiant de frais de notaire réduits.

  • +

    Premier achat : bien choisir son appartement neuf

    Vous êtes primo-accédants et vous envisagez d'acheter un appartement neuf ?
    Voici quelques éléments fondamentaux à retenir pour trouver le logement neuf qui vous correspond et réussir votre premier achat en VEFA.

  • +

    Investissement locatif : la location d'un appartement meublé

    Vous êtes propriétaire d'un appartement et vous souhaitez le mettre en location en tant que logement meublé afin de défiscaliser et de percevoir des revenus réguliers ? Voici les essentiels à connaître avant de vous lancer !

Programmes à la une

Précédent Suivant

Voir tous les programmes

Tout investissement locatif comporte des risques pour l’Acquéreur susceptibles de remettre en cause l’équilibre économique de son opération (vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, le risque de perte en capital lors de la revente, etc). L’Acquéreur doit apprécier ses engagements et risques fiscaux, financiers, juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice des incitations fiscales.

PINEL : Dispositif prévu à l'article 199 novovicies du Code général des Impôts. Sous réserve des conditions d'éligibilité et dans les limites prévues par la législation applicable à vérifier auprès de votre conseil fiscal. Réduction d'impôt pour l'acquisition, par un particulier ou une société civile de placement immobilier (SCPI), d'un logement neuf ou réhabilité situé dans certaines zones géographiques fixées par arrêté, destiné à la location pendant 6 ans, 9 ans ou 12 ans à un loyer plafonné, et à des locataires sous plafonds de ressources. Location nue et respectant des critères de performance énergétique. Sous réserve des conditions d'éligibilité prévues à l'article 199 novovicies du code général des impôts tel que modifié par la loi n°2014-1654 du 29 décembre 2014 dite loi de finances pour 2015. La réduction d'impôt sur le revenu est de 12% pour 6 ans de location, de18% pour 9 ans de location, et de 21% pour 12 ans de location. Cette réduction est calculée sur le prix d'acquisition du bien retenu dans la limite de 5500 € du mètre carré et d’un montant global d’investissement de 300.000 € par contribuable et pour une même année d'imposition. Le bénéfice de ces incitations entre dans le calcul du plafonnement global de certains avantages fiscaux prévu à l’article 200-0 A du CGI. L’investissement locatif présente des risques susceptibles de remettre en cause l’équilibre économique de l’opération : risque d’écart entre la prévision et la réalité sur les recettes locatives (vacance, niveau du loyer, impayés), les charges de copropriété et la plus-value en cas de revente à l’échéance de l’engagement de location ».Ni le promoteur ni le commercialisateur ne sont chargés de la mise en location des biens et ne garantissent le remplissage locatif .Ni la responsabilité du promoteur ni celle du commercialisateur ne pourront être mises en cause en cas de remise en cause du bénéfice et/ou en cas de perte du bénéfice de l’avantage fiscal et/ou en cas de non-location dans les délais prévus et de non-respect des conditions d’éligibilité au dispositif fiscal objet du présent document.