Immobilier neuf : Comment choisir son notaire ?

Un 3 pièces sur plan à Lyon, un duplex neuf à Bordeaux ou un rez-de-jardin en VEFA à Asnières... après plusieurs mois de recherches, vous avez enfin trouvé l'appartement idéal. Si la signature du contrat de réservation de votre futur appartement peut être réalisée sous seing privé, la signature de l'acte authentique de vente aura obligatoirement lieu devant notaire. Mais comment choisir ce professionnel qui vous accompagnera dans la concrétisation de votre projet immobilier : quel est son rôle ? Comment est-il rémunéré ? Et auprès de qui prendre conseil ?

Choisir son notaire : comprendre son rôle

Pour bien choisir son notaire, il est primordial de bien comprendre ses missions et son périmètre d'intervention dans le cadre d'un achat immobilier.

Le notaire est un juriste de droit privé investi d'une mission d'autorité publique. Il rédige des contrats et a le pouvoir d'authentifier les actes en apposant son sceau et sa signature. Dans le contexte spécifique d'une acquisition immobilière en VEFA, il adressera ainsi au futur propriétaire un projet de contrat qui comportera obligatoirement des informations précises quant au logement neuf : adresse du bien, description de l'appartement et de ses équipements, superficie, prix du bien immobilier, date de livraison du programme résidentiel ou encore échéancier des paiements...

ESTIMEZ VOS FRAIS DE NOTAIRE

En tant que futur propriétaire, il est important que vous vous sentiez en confiance avec votre notaire et son clerc. Ils doivent être disponibles pour répondre à vos interrogations notamment lors de la relecture du projet de contrat de vente.

De même, si vous achetez un appartement à deux, vous aurez probablement besoin de prendre conseil auprès de votre notaire pour envisager la meilleure option selon que vous êtes mariés ou en union libre.

Après la signature de la vente d'un appartement en VEFA, le notaire se chargera de la publicité foncière (publication de l'acte de vente au fichier des hypothèques).

COMMENT SE DÉROULE LA SIGNATURE DE L’ACTE AUTHENTIQUE ?

LES FRAIS DE NOTAIRE : UN CRITÈRE DE CHOIX ?

Dans le cadre d'un investissement immobilier, on parle souvent des frais de notaires. Or ces frais d'acquisition se composent principalement d'impôts et de taxes payés à l'Etat, de débours rémunérant les différents intervenants pour la production des documents officiels et enfin de la rémunération du notaire dits émoluments. Mais attention, ceux-ci font l'objet d'un tarif réglementé et sont strictement encadrés. Choisir un notaire selon ses tarifs n'est donc pas un critère de choix.

En revanche, en choisissant d'investir dans le neuf, vous bénéficiez de frais de notaire réduits. En effet, pour l'achat d'un appartement sur plan(ou de moins de 5 ans et n'ayant jamais été revendu) les frais d'acquisition représentent 2 et 3% (contre 7 à 8% dans l'ancien).

OÙ ET COMMENT LE TROUVER LE BON NOTAIRE ?

Dans un premier temps, vous pouvez demander conseil à votre entourage : famille ou amis, ils vous donneront leur ressenti quant à l'accompagnement proposé par leur notaire lors d'un investissement immobilier par exemple.

Pour information, le notaire dispose d'une compétence nationale. Ainsi, si vous achetez dans l’immobilier neuf à Rueil-Malmaison ou à Lyon, vous pouvez faire appel à un notaire dont l'étude se trouve dans un autre département.

Lors de vos différentes visites à l'espace de vente, vous aurez probablement rencontré un Conseiller commercial, qui vous aura accompagné dans la concrétisation de votre projet immobilier.

Programmes à la une

Précédent Suivant

Tout investissement locatif comporte des risques pour l’Acquéreur susceptibles de remettre en cause l’équilibre économique de son opération (vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, le risque de perte en capital lors de la revente, etc). L’Acquéreur doit apprécier ses engagements et risques fiscaux, financiers, juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice des incitations fiscales.