Acheter un appartement comptant

Devenir propriétaire séduit toujours les français, l'achat d'une résidence principale constitue en effet un projet prioritaire pour une grande majorité des ménages. Mais au moment de sauter le pas se pose la question du financement de cette acquisition.
Faut-il acheter comptant ? Voici quelques éléments de réponse qui vous aideront dans votre réflexion pour financer votre achat immobilier.

Plan de financement immobilier : emprunter ou s'autofinancer ?

Les épargnants qui disposent de liquidités suffisantes pour financer l'achat d'un logement neuf ou d'une résidence secondaire ont le choix entre le prêt immobilier ou l'achat comptant.

Pour certains acquéreurs qui restent réfractaires au crédit immobilier, c'est la dimension psychologique qui prend le dessus : en mobilisant au maximum leurs économies pour limiter le montant de l'emprunt, ils se sentent plus libres, conservant ainsi un sentiment d'indépendance financière.

 

>>> Simulez votre capacité d’emprunt

 

Cependant, même si l'acheteur est en mesure de financer en totalité l'achat d'un appartement neuf par exemple, contracter un prêt immobilier peut s'avérer intéressant. Parmi les bonnes raisons de recourir à un crédit, celle de préserver sa trésorerie pour conserver sa capacité à faire face à des dépenses imprévues.

Autre avantage du prêt immobilier : l'épargnant qui diversifie son épargne en réalisant des placements multi-supports peut s'appuyer sur les intérêts perçus pour absorber ceux liés au prêt immobilier. C'est ce que l'on appelle l'effet de levier du crédit et qui reste particulièrement notable dans le cas d'un investissement immobilier locatif.

A cela s'ajoutent certains avantages liés à l'immobilier locatif comme les possibilités de défiscalisation grâce à la loi Pinel**.  Dans ce cas, même si l'épargnant dispose des fonds nécessaires à son investissement locatif, il reste intéressant d'emprunter.

 

>>>Découvrir les programmes éligibles à la loi Pinel

 

Pour les primo-accédants qui souhaitent devenir propriétaires de leur résidence principale, il est également possible de bénéficier d'un prêt à taux zéro (PTZ***). Attribué sous conditions (plafonds de revenus, composition du foyer fiscal, localisation du bien immobilier etc.), le PTZ est un prêt immobilier gratuit, sans intérêt ni frais de dossier qui peut financer jusqu'à 40% du coût de l'opération, en complément d'un apport personnel et d'un prêt traditionnel.

Là aussi, et notamment lorsque les taux d'intérêts sont bas, il peut être opportun de conserver une partie de son épargne plutôt que d'acheter son logement comptant.

 

>>>Simulez le montant de votre PTZ

 

Acheter comptant, emprunter... le financement d'un achat immobilier dépend donc de nombreux critères. Si vous avez un projet d'acquisition (VEFA, investissement locatif ou achat d'une résidence principale) et que vous disposez d'une épargne suffisante, il semble donc judicieux de faire le point avec votre conseiller bancaire pour établir ensemble le meilleur plan de financement pour cette opération.

Consultez également

Programmes à la une

Voir tous les programmes

*Tout investissement locatif comporte des risques pour l’Acquéreur susceptibles de remettre en cause l’équilibre économique de son opération (vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, le risque de perte en capital lors de la revente, etc). L’Acquéreur doit apprécier ses engagements et risques fiscaux, financiers, juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice des incitations fiscales.

**PINEL : Dispositif prévu à l'article 199 novovicies du Code général des Impôts. Sous réserve des conditions d'éligibilité et dans les limites prévues par la législation applicable à vérifier auprès de votre conseil fiscal. Réduction d'impôt pour l'acquisition, par un particulier ou une société civile de placement immobilier (SCPI), d'un logement neuf ou réhabilité situé dans certaines zones géographiques fixées par arrêté, destiné à la location pendant 6 ans, 9 ans ou 12 ans à un loyer plafonné, et à des locataires sous plafonds de ressources. Location nue et respectant des critères de performance énergétique. Sous réserve des conditions d'éligibilité prévues à l'article 199 novovicies du code général des impôts tel que modifié par la loi n°2014-1654 du 29 décembre 2014 dite loi de finances pour 2015. La réduction d'impôt sur le revenu est de 12% pour 6 ans de location, de18% pour 9 ans de location, et de 21% pour 12 ans de location.Cette réduction est calculée sur le prix d'acquisition du bien retenu dans la limite de 5500 € du mètre carré et d’un montant global d’investissement de 300.000 € par contribuable et pour une même année d'imposition.Le bénéfice de ces incitations entre dans le calcul du plafonnement global de certains avantages fiscaux prévu à l’article 200-0 A du CGI. L’investissement locatif présente des risques susceptibles de remettre en cause l’équilibre économique de l’opération : risque d’écart entre la prévision et la réalité sur les recettes locatives (vacance, niveau du loyer, impayés), les charges de copropriété et la plus-value en cas de revente à l’échéance de l’engagement de location ».Ni le promoteur ni le commercialisateur ne sont chargés de la mise en location des biens et ne garantissent le remplissage locatif.Ni la responsabilité du promoteur ni celle du commercialisateur ne pourront être mises en cause en cas de remise en cause du bénéfice et/ou en cas de perte du bénéfice de l’avantage fiscal et/ou en cas de non-location dans les délais prévus et de non-respect des conditions d’éligibilité au dispositif fiscal objet du présent document.

***PTZ : Valable pour toutes les offres de prêt à taux zéro émises à partir du 1er janvier 2016 pour l’acquisition de sa résidence principale neuve. Sous réserve de respecter les conditions fixées notamment par la loi de finances rectificative pour 2012 n° 2012-1510 du 29 décembre 2012, l’arrêté du 30 décembre 2014 modifiant l’arrêté du 30 décembre 2010 relatif aux conditions d’application de dispositions concernant les prêts ne portant pas intérêt consentis pour financer la primo accession à la propriété et par les textes subséquents les modifiant, notamment la loi de finances pour 2016 n°2015-1785 du 29 décembre 2015 et le décret n°2015-1813 du 29 décembre 2015. Sous réserve de la localisation du logement, d’être primo-accédant et de respecter les conditions de ressources prévues par le dispositif, sous réserve d’acceptation du dossier par l’établissement bancaire. Conditions disponibles auprès de nos équipes commerciales. Nous attirons l'attention sur le fait que la revalorisation des plafonds et des conditions est reprise dans les lois de finance dont les mises à jour dans ce site peuvent s'offrir d'un décalage.