immobilier pratique

Logement connecté : l'avenir de l'immobilier ?

En octobre 2017 à Issy-Les-Moulineaux, BNP Paribas Immobilier livrait une résidence neuve entièrement composée de logements connectés. Au programme pour les occupants, la possibilité de piloter par la voix ou depuis leur smartphone le chauffage, l'éclairage et autres appareils connectés équipant leur logement neuf. Parallèlement à cette grande première en matière d'immobilier neuf, les études prévoient un véritable raz-de-marée pour les objets connectés dont le nombre pourrait atteindre 50 à 80 milliards dans le monde d'ici 2020 (Cabinet Gartner, 2017). Alors, le logement intelligent est-il un simple phénomène de mode ou une véritable lame de fond qui prédit l'avenir de l'immobilier ?

Le logement intelligent s'adapte à l'évolution des modes de vie

Nos modes de vie se modifient au rythme des innovations technologiques, des grands changements qui transforment le monde du travail et des mutations sociétales qui dessinent de nouveaux modèles familiaux. Les promoteurs immobiliers l'ont bien compris et travaillent depuis plusieurs années déjà pour concevoir des logements neufs adaptés aux modes de vie contemporains. Et c'est notamment grâce aux objets connectés qu'ils inventent des programmes résidentiels qui répondent aux nouvelles attentes des acquéreurs.

Découvrir les programmes immobiliers neufs de BNP Paribas Immobilier

Parmi les équipements les plus plébiscités, on retient notamment ceux qui procurent plus de confort et plus de sécurité. Parmi eux :

  • La serrure intelligente qui permet au propriétaire d'ouvrir sa porte à distance aux personnes auxquelles il autorise l'accès
  • Le réfrigérateur nouvelle génération qui offre, par exemple, la possibilité de consulter son contenu à distance, depuis le supermarché, pour adapter sa liste de courses
  • La boite aux lettres connectée dans le hall de l'immeuble pour recevoir ou envoyer des colis
  • Les détecteurs de présence qui préviennent le propriétaire et les services de sécurité en cas d'intrusion
  • Le chauffage connecté qui permet la programmation simple d'une température de confort pour chacune des pièces
  • La détection avancée de pannes (fuites d'eaux, émission de fumées suspectes, points de déperdition de chaleur...) 

Ces quelques exemples illustrent parfaitement les multiples domaines d'application du smart home. Ils démontrent également que le logement connecté améliore et facilite le quotidien des occupants.

Autre point déterminant, la domotique, comme on l'appelait à la fin des années 90, a beaucoup évolué et offre désormais une gestion ultra simple et centralisée. Les IoT sont contrôlables via des applications intuitives et accessibles depuis un smartphone : on déclenche la fermeture ou l'ouverture des volets, on simule une présence par la gestion de l'éclairage à distance, on programme le chauffage pour son retour de week-end... Grâce aux objets connectés et aux applications de gestion, le logement intelligent est pilotable par tous. 

Enfin, selon l'INSEE, en 2050, la France comptera 70 millions d’habitants dont 1 personne sur 3 âgée de 60 ans et plus. La question du maintien à domicile se posera alors d'autant plus. Et il semble bien que le logement connecté représente une véritable révolution pour les personnes âgées qui pourront profiter d'appareils électroménagers autonomes, de détecteurs de chutes ou de l'ouverture automatique des portes.

L'habitat connecté : une réponse aux enjeux environnementaux

Si nos modes de vie évoluent, nos comportements changent également pour devenir plus écoresponsables. On sait aujourd'hui que l'habitat, qu'il soit collectif ou individuel, contribue largement au réchauffement de la planète. Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, les programmes immobiliers résidentiels neufs actuellement construits respectent la réglementation thermique RT 2012. Et d'ici quelques années, les exigences seront encore plus élevées avec la RT 2020. Pour atteindre ces objectifs ambitieux, les logements neufs sont donc conçus selon les grands principes de l'architecture bioclimatique. Ils sont également mieux isolés, recourent aux énergies renouvelables et sont désormais équipés d'objets connectés qui permettent de mieux gérer les consommations d'énergie. 

Par exemple, des sondes placées à l'extérieur analysent la température, le taux d'humidité et le niveau d'ensoleillement pour déclencher des actions (ouverture des protections solaires, fermeture des volets, mise en marche des radiateurs...) permettant de maintenir le niveau de confort souhaité par l'occupant tout en optimisant les dépenses énergétiques. De même, en protégeant l'appartement des rayons du soleil, on assure la fraicheur des pièces en limitant le recours aux systèmes de refroidissement.

Les interrupteurs connectés, les détecteurs de présence et autres systèmes d'éclairage permettent également de réduire la consommation d'électricité en s'adaptant au plus près des besoins des occupants. Même chose pour les appareils électroménagers : le réfrigérateur connecté adaptera le refroidissement selon le type d'aliments ou le nombre de produits présents.

Les systèmes connectés de détection de pannes ou de dysfonctionnements placés dans le logement ou au sein de l'immeuble permettent d'intervenir rapidement. On évite ainsi de laisser passer plusieurs semaines voire plusieurs mois avant de découvrir une fuite d'eau ou un défaut d'isolation qui alourdirait fortement les dépenses du foyer ou de la copropriété.

Enfin, un logement intelligent permet à l'occupant de contrôler en temps réel sa consommation d'énergie. Grâce à une application accessible sur mobile ou sur tablette, il pourra suivre ses dépenses et adapter sa consommation afin de mieux gérer sa facture énergétique.

L'habitat connecté promet donc des logements plus sûrs, plus confortables et moins énergivores. On est donc très loin d'un simple effet de mode pour cette tendance de fond qui s'impose définitivement comme l'avenir de l'immobilier neuf.