financement immobilier

Achat immobilier : comprendre votre offre de prêt

Pour la majorité des futurs acquéreurs, le crédit immobilier reste un passage obligé pour financer l'achat d'un appartement neuf ou d'une maison. Aussi, après avoir signé le contrat de réservation de votre futur appartement neuf, vous allez très probablement contacter des établissements bancaires pour trouver une offre de prêt adaptée à votre projet d'achat immobilier. Mais, si les taux d'intérêts restent évidemment un critère de choix important, vous devrez cependant étudier les offres de crédit de manière approfondie afin d'évaluer au plus juste le coût global de votre emprunt immobilier. TEG, caution, hypothèque, assurance... petit guide pratique à l'usage des emprunteurs pour bien lire votre offre de prêt immobilier !

Décrypter votre proposition de prêt bancaire immobilier

Ca y est, votre décision est prise : vous allez devenir propriétaire d'un 3-pièces neuf à Bordeaux, d'un duplex à Lyon ou encore d'un appartement familial en VEFA en région parisienne … C'est désormais le moment de penser au financement de cet acquisition immobilière. Voici les éléments-clés que vous devez connaître pour décoder et comprendre votre offre de crédit immobilier. Celle-ci détaillera les conditions du prêt (valables 30 jours minimum) et précisera notamment le montant du crédit immobilier, la durée des remboursements, le type de taux, le TEG, les garanties du prêt immobilier et autres assurances.

La capacité de remboursement

Lors de votre rendez-vous avec votre conseiller bancaire, celui-ci évaluera votre capacité de remboursement ou capacité d'endettement. Il s'agit de calculer le montant des mensualités que vous pouvez rembourser en fonction de vos revenus (salaires, revenus financiers) et de vos charges mensuelles (crédits en cours, impôts, loyers, dépenses courantes). Généralement, le montant des mensualités ne dépassera pas 33 % de vos revenus nets annuels.

Estimez vos capacités d’emprunt

Quel apport personnel pour investir dans un appartement neuf ?

L'apport personnel représente les liquidités personnelles dont vous disposez pour financer votre projet d'acquisition immobilière. Cette somme d'argent peut-être constituée d'un héritage, d'une donation ou de votre épargne personnelle (Livret, PEL)

Il n'existe pas de minimum requis pour solliciter un prêt immobilier mais, dans la pratique, vous obtiendrez probablement un meilleur taux d'emprunt si votre apport représente au moins 10% du montant de l'acquisition immobilière. Il sert généralement à prendre en charge les frais de notaire.

Bon à savoir : n'investissez pas la totalité de vos liquidités dans votre apport personnel. Conservez toujours une petite épargne de précaution.

Estimez vos frais de notaire

Taux d'intérêts fixes et taux d'intérêts variables

Selon le montant du crédit immobilier et le montant des mensualités de remboursement, la banque fixera la durée de votre prêt immobilier. Puis, vous pourrez opter pour un taux d'intérêt fixe ou un taux d'intérêt variable. En choisissant de financer l'achat de votre appartement via un prêt immobilier à taux fixe, le taux d'intérêt restera le même pendant toute la durée de votre prêt immobilier. C'est l'option à privilégier lorsque les taux sont bas.

En optant pour un taux révisable, celui-ci pourra évoluer selon l'indice de référence lié à l'évolution des taux d'intérêt du marché. La variation pourra cependant être plafonnée à la hausse, on parle alors de prêt capé qui réduit le risque financier notamment en cas de forte hausse des taux.

Votre conseiller pourra également vous soumettre une offre de crédit immobilier mêlant taux fixe et taux variable.

TEG : le prix de votre crédit immobilier

Votre offre de prêt devra obligatoirement mentionner le TEG. Ce taux effectif global (également appelé taux annuel effectif global ou TAEG) représente le « prix » total de votre crédit. Il inclut le taux d'intérêt, les frais (frais d'inscription, frais de dossier...) ainsi que les primes d'assurance.

Le TEG est un indicateur précieux qui vous permettra de comparer vos différentes propositions de crédit immobilier.

Bon à savoir : le TEG ne doit pas dépasser le taux de l'usure qui correspond au taux d'intérêt maximal qu'une banque est autorisée à pratiquer. Ce taux est fixé par la Banque de France.

La garantie de votre prêt immobilier

En vous aidant à financer l'achat de votre appartement par le biais d'un prêt immobilier, la banque prend un risque. A ce titre, elle doit donc se protéger dans le cas où vous ne pourriez plus rembourser vos mensualités. Il existe ainsi 2 options : la caution ou l'hypothèque.

La caution mutuelle engage un organisme financier (le crédit logement par exemple) à payer la dette en cas de défaut de paiement de votre part. La caution représente le mode de garantie le plus courant : il n'est pas nécessaire de passer devant notaire, ce qui la rend donc moins onéreuse que l'hypothèque.

En choisissant l'hypothèque (ou garantie hypothécaire), la banque pourra saisir votre logement et le vendre aux enchères si vous ne remboursez pas votre prêt. Cette garantie sur le bien immobilier doit faire l'objet d'un acte authentique par-devant notaire.

Bon à savoir : le privilège de prêteur de denier ou PPD représente une autre forme d'hypothèque. Elle ne s'applique toutefois qu'aux biens immobiliers anciens (donc à l'exclusion des biens immobiliers en VEFA).

L'assurance emprunteur

Selon la loi, il n'est pas obligatoire de contracter une assurance emprunteur pour votre prêt immobilier. Dans la pratique cependant, votre banque pourra l'exiger. C'est notamment le cas de l'assurance décès, maladie, invalidité ou encore perte d'emploi. Ce contrat d'assurance pourra être souscrit auprès de l'assureur de votre choix : n'hésitez donc pas à solliciter plusieurs compagnies d'assurance pour comparer les offres.

Une fois l'offre de prêt immobilier reçue, vous disposez de 10 jours de réflexion. Vous pourrez accepter cette proposition après expiration de ce délai soit à partir du 11ème jour.

Enfin, n'oubliez pas de vous renseigner sur les conditions d'éligibilité du PTZ* (Prêt à Taux Zéro). Ce dispositif réservé aux primo-accédants peut en effet participer au financement de votre projet d'achat immobilier sous la forme d'un prêt sans intérêt.

Calculez le montant de PTZ que vous pourriez obtenir

Tout investissement locatif comporte des risques pour l’Acquéreur susceptibles de remettre en cause l’équilibre économique de son opération (vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, le risque de perte en capital lors de la revente, etc). L’Acquéreur doit apprécier ses engagements et risques fiscaux, financiers, juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice des incitations fiscales.

PTZ : Valable pour toutes les offres de prêt à taux zéro émises à partir du 1er janvier 2016 pour l’acquisition de sa résidence principale neuve. Sous réserve de respecter les conditions fixées notamment par la loi de finances rectificative pour 2012 n° 2012-1510 du 29 décembre 2012, l’arrêté du 30 décembre 2014 modifiant l’arrêté du 30 décembre 2010 relatif aux conditions d’application de dispositions concernant les prêts ne portant pas intérêt consentis pour financer la primo accession à la propriété et par les textes subséquents les modifiant, notamment la loi de finances pour 2016 n°2015-1785 du 29 décembre 2015 et le décret n°2015-1813 du 29 décembre 2015. Sous réserve de la localisation du logement, d’être primo-accédant et de respecter les conditions de ressources prévues par le dispositif, sous réserve d’acceptation du dossier par l’établissement bancaire. Conditions disponibles auprès de nos équipes commerciales. Nous attirons l'attention sur le fait que la revalorisation des plafonds et des conditions est reprise dans les lois de finance dont les mises à jour dans ce site peuvent s'offrir d'un décalage.

*Valable pour toutes les offres de prêt à taux zéro émises à partir du 1er janvier 2016 pour l’acquisition de sa résidence principale neuve. Sous réserve de respecter les conditions fixées notamment par la loi de finances rectificative pour 2012 n° 2012-1510 du 29 décembre 2012, l’arrêté du 30 décembre 2014 modifiant l’arrêté du 30 décembre 2010 relatif aux conditions d’application de dispositions concernant les prêts ne portant pas intérêt consentis pour financer la primo accession à la propriété et par les textes subséquents les modifiant, notamment la loi de finances pour 2016 n°2015-1785 du 29 décembre 2015 et le décret n°2015-1813 du 29 décembre 2015. Sous réserve de la localisation du logement, d’être primo-accédant et de respecter les conditions de ressources prévues par le dispositif, sous réserve d’acceptation du dossier par l’établissement bancaire. Conditions disponibles auprès de nos équipes commerciales. Nous attirons l'attention sur le fait que la revalorisation des plafonds et des conditions est reprise dans les lois de finance dont les mises à jour dans ce site peuvent s'offrir d'un décalage.