où investir dans l'immobilier

Marché de l’immobilier en Ile-de-France

Au niveau national, l’année 2017 s’est distinguée par un nombre de ventes en hausse dans le marché immobilier neuf. Cette tendance s’est également vérifiée en Ile-de-France avec une croissance de 7% par rapport à l’année précédente. Des disparités sont néanmoins observées entre les huit départements de la région. Le point sur le bilan de l’année écoulée et les opportunités à venir.

Selon les chiffres du CAPEM (Centre d’Analyse et de Prévisions Immobilières), l’année 2017 s’est achevée sur un record des ventes dans le neuf, en Ile-de-France. L’offre commerciale comptait 25 600 logements, soit une augmentation de 14% par rapport à la fin 2016. Depuis 2011, où l’on atteignait seulement 11 300 unités, l’offre n’a cessé de croître.

Côté prix, la moyenne (hors parking) est en légère hausse de 0,3%. En Ile-de-France, le prix moyen au mètre carré reste supérieur à la moyenne en province.

Marché de l’immobilier neuf : quelles évolutions dans les départements d’Ile de France ?

La région parisienne affiche un bilan 2017 globalement positif. Pour autant, l’Observatoire du logement neuf des ADIL d’Ile-de-France souligne des disparités. A Paris, l’année s’est révélée décevante avec des ventes en baisse de 20%, soit la plus forte décroissance de la région. En outre, les mises en vente s’effondrent (-42% en un an). A l’inverse, 2017 a été très positive pour les Hauts-de-Seine avec des ventes en augmentation (+8%) et une belle dynamique de commercialisation (+14%). Excellente année également pour la Seine-Saint-Denis : un logement neuf sur cinq a été vendu dans ce département, l’an dernier. Les ventes grimpent de 17%, boostées par les prix – les moins chers de la Petite Couronne, à 4345€/m². Le Val-de-Marne s’est aussi distingué favorablement avec +6% de ventes en 2017, au-delà des 5000 unités.

En Grande Couronne, les Yvelines font la course en tête avec un marché en constante amélioration : les ventes augmentent de 16% par rapport à 2016 et le volume de mises en vente s’affirme comme le plus élevé, parmi les départements de Grande Couronne (+54%). Bilan plus mitigé en Seine-et-Marne, avec un recul des transactions (-7%). Le Val-d’Oise a vu une baisse de ses ventes dans le résidentiel neuf (-2%). Les volumes restent cependant élevés. Enfin, l’Essonne enregistre une timide hausse de ses transactions (+1%), tandis que le nombre de logements disponibles décroît (-4%). Avec 3000 unités proposées à la vente, c’est le plus faible volume de la région après la capitale.

Marché résidentiel neuf en Ile de France : l’avis de notre expert

« Après une année 2016 très dynamique, le nombre de réservations nettes de logements neufs a continué à croître avec 32 600 lots écoulés, +2% en un an » analyse Gilles Hautrive, Directeur Général Résidentiel Neuf France chez BNP Paribas Immobilier. « La part des investisseurs se situe autour de 42% sur 2017. Sur cette même année, 1800 résidences services ont été lancées, principalement dans l’Essonne (29%) et les Hauts-de-Seine (28%). Elles sont en progression de 64% en un an soit 700 lots en plus. »  De façon globale, Gilles Hautrive souligne le « record historique du volume des ventes » dans le résidentiel neuf.

Les opportunités dans l’immobilier neuf en Ile-de-France

La région bénéficie d’une très bonne attractivité. La Seine-Saint-Denis est portée par la prolongation de lignes de métro (11 et 14), le développement du Grand Paris et l’accueil des Jeux Olympiques en 2024. Le faible niveau des prix est un atout fort. Noisy-le-Grand compte parmi les communes les plus dynamiques au regard du nombre de ventes. Les nombreuses entreprises implantées en font un pôle économique intéressant. La résidence « Arpège », dans un quartier central proche des écoles et transports en commun, constitue une belle opportunité dans le département. Des biens du 2 au 5 pièces seront proposés, pour une livraison au 1er trimestre 2020.

Le Val-de-Marne offre également de belles opportunités pour un achat immobilier dans le neuf. Maisons-Alfort, desservie par le métro et le RER, à proximité de Paris, est une ville à suivre. Soyez notamment attentif au programme « Majestic 30 », dont la livraison prévisionnelle est fixée au 2ème trimestre 2019.

Dans les Hauts-de-Seine, autre secteur dynamique, le nombre de mises en vente reste supérieur aux ventes. Le stock disponible est donc en augmentation de 17% par rapport à 2016. A Rueil-Malmaison, ville particulièrement recherchée, on apprécie la présence du RER A en plein réaménagement et l’accès rapide à la Porte Maillot ou à la Défense. La résidence du « Clos des Vignes », dont l’achèvement est prévu au 1e trimestre 2019, présente l’avantage d’intégrer une typologie variée, du studio à la maison.

Tout investissement locatif comporte des risques pour l’Acquéreur susceptibles de remettre en cause l’équilibre économique de son opération (vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, le risque de perte en capital lors de la revente, etc). L’Acquéreur doit apprécier ses engagements et risques fiscaux, financiers, juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice des incitations fiscales.